Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la.jeunesse.invisible.overblog.com

la.jeunesse.invisible.overblog.com

La jeunesse invisible ou les jeunes de nulle part, pour une politique d’accompagnement au premier emploi stable - enquête, analyse, prospective

Publié le par Claire Bernot-Caboche
Publié dans : #Thèse

Trop de jeunes entre 15 et 29 ans rencontrent de nombreux obstacles à leur insertion dans la vie d’adulte. Une description de cette génération et un focus sur les jeunes en déshérence nous permettent d’affirmer, d’une manière générale, qu’ils sont confrontés à un déficit de confiance, ont du mal à trouver leur place dans la société, et qu’une partie non négligeable d’entre eux est entrée en invisibilité (ni en éducation, ni en formation, ni en emploi, ni en accompagnement). Pour prendre la mesure du problème, nous avons construit des statistiques mettant en lumière la géométrie variable de la jeunesse, indiquant les degrés de précarité, de l’insertion à l’invisibilité. Le croisement des résultats avec la situation professionnelle des parents, le type de logement et le lieu d’habitation nous permet d’affiner la sociologie des «invisibles». Les chiffres montrent pour les jeunes, que trois sur dix sont en situation précaire, un actif sur cinq est au chômage, un sur vingt est en invisibilité totale, et parmi les «invisibles», neuf sur dix ne sont plus issus des seules Zones Urbaines Sensibles (ZUS) et deux sur cinq sont issus de milieu plutôt favorisé. Ce qui change radicalement l’image des exclus faisant jusqu’à présent l’objet des «Politiques de la ville». De plus nous avons comparé deux régions pour montrer que les politiques régionales influencent les résultats statistiques de l’invisibilité.

Pour mieux comprendre ce phénomène, nous avons construit un outil de diagnostic : un «Agenda Social de la Jeunesse» qui a permis de critériser les nombreux éléments d’un inventaire exhaustif des outils et structures travaillant avec les jeunes à partir d’une agglomération de la région parisienne, et de comparer l’état de la « jeunesse » dans cinq pays d’Europe. Les résultats de ces deux études mettent à jour les failles de l’offre à tous les niveaux. Certes elles sont multiples, mais relèvent plus de l’empilement, sans réelle coordination ni cohérence. Elles en deviennent inefficaces et sont, de plus, sous-dimensionnées en regard notamment du fort taux de natalité en France produisant les deux tiers de l’accroissement naturel de la population des vingt-huit pays de l’Union Européenne. Par ailleurs, notre pays a mal anticipé les mutations sociétales en matière d’éducation, de formation et d’emploi. Les conséquences sont fondamentales : cela empêche provisoirement de résorber le chômage et explique en partie la situation des jeunes français, le nombre important d’invisibles et leur sentiment de ne plus être des citoyens à part entière.

La jeunesse est devenue est véritable sujet de complication pour les décideurs publics, malgré leurs bonnes intentions. Une politique publique de « jeunesse » cohérente doit être pensée en dissociant la gestion préventive du «flux» des décrochés du système de formation et de l’emploi, de la gestion curative du «stock» des «invisibles» nécessitant d’aller les chercher sur le territoire et de repenser la deuxième chance et l’accompagnement jusqu’à leur insertion sociale et dans l’emploi, condition de leur autonomie. Ces deux axes mobilisent des politiques à court terme pour réparer les dégâts du passé, mais ne doivent pas empêcher de penser au long terme, nous obligeant à envisager un changement de paradigme politique. L’emploi est-il encore un élément structurant de la société ? Nous l’entendons comme d’utilité sociale, produisant de la fierté et offrant une place dans la société. Nous pensons que non, alors quel nouveau modèle de société faut-il construire ? Quels outils conceptuels et opérationnels faut-il proposer ? Il nous semble que dans un pays d’abondance, nous devons jouer la carte de « l’humain », en équilibrant les moyens d’assistance pour sortir de l’aide à la survie, les moyens d’insertion pour donner à chacun(e) une place dans la société, et enfin les moyens politiques pour réinscrire les jeunes dans une citoyenneté active. Notre thèse a pour objectif d’ouvrir des pistes de solutions.

Commenter cet article